A pied

< Retour à la page de résultats
< Modifier les critères de recherche Imprimere-mail
Ajouter au carnet de voyage

La Fontaine

Boubers-Sur-Canche

Départ place Général de Gaulle - 10 km - 3h
Attention : quelques passages boueux par temps de pluie

Niché au creux d'une vallée verdoyante, Boubers doit surtout sa réputation au fleurissement. mais la balade par le bois vaut aussi le détour.

Quitter la place du Général de Gaulle en partant sur la gauche (GR 121). Enjamber la Canche", passer devant la Ferme Fleurie puis tourner à droite dans la rue Petites Rues. juste après la pépinière Hennebelle, poursuivre rue du Marais.
Au croisement de chemins, tourner à droite, puis enjamber à nouveau la Canche à l'aide de la passerelle et des ponceaux. Poursuivre le cheminement en sous-bois. Au niveau de la route, partir sur la gauche.
Quitter le GR 121. Poursuivre sur le chemin de terre sur le GRP Tour du Ternois Sud. face à la barrière, emprunter la "chicane" sur la droite pour traverser la pâture à vaches (si vous passez par les barrières, refermez-les bien avec les chaînes afin d'éviter que le bétail ne puisse sortir de l'enclos). A la sortie de la pâture, continuer tout droit.
Au pavillo, de chasse (anciennes voitures de train), quitter le GRP Tour du Ternois Sud. Continuer tout droit à travers bois jusqu'à la route. La suivre à droite jusqu'au croisement avec la D 112.
Virer à gauche, longer la route sur 500 m puis tourner à droite. descendre vers Ligny-sur-Canche.

La filature et les fleurs :
Boubers, 605 habitants. La flèche de pierre de l'église Saint-Léger pointe le ciel. La rue des Dames, la rue Marie Seguin, le Chemin royal, la rue Haha... les noms intriguent et plus encore, le majestueux porche du "château" disparu dont il reste l'entrée de la demeure de "monsieur le directeur". La filature a employé jusqu'à deux cent cinquante ouvriers, fileurs, leveurs, cardeurs, bobineurs, batteurs, étirageurs... décor réaliste, la promenade autour de l'usine est une leçon de sociologie industrielle du début du siècle : la maison du directeur, la cité jumelle "Magenta", les maisons à étages réservées aux contremaîtres. Les sept logements du "cul de bouteille" ont été rasés. Un déchirement pour ceux qui y avaient vécu. Idée fixe du regretté Mr Beaurain, maire de la commune : les fleurs ont révolutionné le village qui est devenu touristique grâce à la ténacité de tous.